TOP
Portrait de Rosemary Sadlier. À droite, on lit : Conversation avec Rosemary Sadlier.
Professional Regulation

Célébrons l’histoire des Noirs : Conversation avec Rosemary Sadlier

Le mois de février a été officiellement reconnu comme le Mois de l’histoire des Noirs par le gouvernement canadien en décembre 1995, à la suite du plaidoyer de Rosemary Sadlier, O. Ont (Ordre de l’Ontario) en collaboration avec l’honorable Jean Augustine c.p., C.M., O.Ont., CBE.

Ancienne membre du conseil de l’Ordre nommée par le gouvernement, Rosemary Sadlier est militante pour la justice sociale, chercheuse, écrivaine, consultante en DEI et conférencière internationale sur l’histoire des Noirs, l’antiracisme et la condition féminine. Elle a également été présidente de l’Ontario Black History Society pendant plus de 22 ans.

Nous nous sommes entretenus avec Rosemary pour connaître son point de vue sur l’histoire des Noirs et sur la façon dont les EPEI peuvent élargir leurs connaissances en la matière et renforcer leur appréciation du sujet en vue d’une prise de conscience et pour éclairer leur pratique.

Merci d’avoir pris le temps de nous répondre, Rosemary. Commençons par évoquer les intentions qui sous-tendent le Mois de l’histoire des Noirs.

Le Mois de l’histoire des Noirs est une invitation à commémorer les réalisations des Canadiens noirs à toutes les époques de leur l’histoire, tout en reconnaissant les réalités persistantes du racisme anti-Noirs.

Le Mois de l’histoire des Noirs se veut être une période d’apprentissage et de réflexion sur l’histoire et le patrimoine des Noirs, ainsi qu’un moment de célébration d’événements marquants. Cependant, il est important de garder à l’esprit que l’apprentissage est un cheminement continu. Le Mois de l’histoire des Noirs n’a jamais été censé être le seul moment pour se concentrer sur le fait d’être noir, sur « la noirceur » ou pour la reconnaître.

De nombreux EPEI, de par leur formation et leur pratique, sont principalement influencés par des universitaires et des éducateurs eurocentriques. Pourquoi est-il important pour les EPEI, dans leur travail avec les enfants et les familles, d’apprendre et de comprendre des expériences au-delà de ces perspectives, y compris celles des universitaires et des éducateurs noirs? 

Nous faisons tous partie de systèmes centrés, dans la plupart des cas, sur le travail, le point de vue, les valeurs et les idées d’universitaires et éducateurs eurocentriques. C’est notamment le cas si vous avez fréquenté l’école primaire et secondaire dans ce pays, si vous venez d’un pays colonisé qui a suivi un programme britannique ou si vous avez été éduqué en Europe. Historiquement, l’enseignement a également été dispensé par des universitaires et des éducateurs qui étaient probablement de race unique et souvent d’un même genre. La formation et les pratiques très concrètes de nos EPEI proviennent de cette base de connaissances.

Il est important pour les EPEI de connaître des enseignements et des expériences allant au-delà de ces perspectives, car nous sommes confrontés à la diversité dès le début : une diversité d’enfants, de milieux culturels, de foyers. Les enfants dont nous nous occupons peuvent venir d’un milieu familial où il n’y a pas qu’une seule race, et où des normes différentes sont suivies.

D’autre part, si tous les enfants dont nous nous occupons sont blancs et issus du même milieu culturel, ne serait-ce pas un mauvais service à leur rendre que de ne pas élargir leur horizon, afin que plus tard, lorsqu’ils rencontreront de nouveaux voisins, de nouveaux camarades de classe, de nouveaux collègues, ils ne soient pas surpris de voir des gens qui ont des valeurs différentes et qui ne leur ressemblent pas?

Préparer les jeunes à la vie qu’ils vont mener avec les autres, n’est-ce pas l’essence même de la profession d’EPEI? Si nous avons des enfants d’origine africaine sous notre responsabilité, comment affirmer leur identité et leurs propres réalités si nous ne savons pas nous-mêmes ce que cela peut signifier?

Quel rôle les EPEI peuvent-ils jouer dans l’enseignement et les discussions portant sur des questions telles que l’histoire des Noirs et l’antiracisme?

Je suis très enthousiaste et heureuse du rôle que les EPEI peuvent jouer dans le cadre de l’apprentissage et de la discussion sur l’histoire des Noirs, le racisme, la couleur de peau, l’identité et les questions de justice sociale. Outre les parents des enfants dont nous avons la charge, les EPEI comptent probablement parmi les personnes les plus influentes que l’enfant rencontrera. Tout comme un parent, les paroles et les comportements d’un EPEI peuvent le construire ou le détruire. Que voulons-nous pour notre avenir? Voulons-nous des enfants forts, confiants et bienveillants, ou voulons-nous des enfants qui continuent à s’accrocher à des points de vue qui ne servent plus leur croissance ni l’avancement d’une société progressiste? Il est de la responsabilité professionnelle des EPEI, et de tous les professionnels, de continuer d’apprendre et d’améliorer leur pratique, et c’est un moyen supplémentaire de le faire.

Qu’est-ce que la joie noire? Comment apporter la joie noire dans les milieux d’apprentissage et de garde des jeunes enfants? Qu’est-ce que cela signifie?

La joie noire est-elle différente de la joie en général? D’une certaine manière, oui. N’importe quel enfant peut être heureux avec de la crème glacée ou de la pizza, ou parce qu’on lui fait une surprise spéciale, qu’on lui propose un agréable voyage.

Mais qu’est-ce que la joie noire? C’est lorsqu’une personne peut apprécier le fait d’ « être » et de célébrer ce qu’elle est dans sa propre réalité! Les enfants noirs sont quotidiennement confrontés à la réalité des microagressions et du manque de représentation. Lorsque la texture de leurs cheveux n’est pas un sujet de moquerie, lorsque la grosseur de leur nez n’est pas un sujet de plaisanterie, lorsque la couleur de leur peau est considérée comme belle, lorsqu’ils sont acceptés tels qu’ils sont, sans se soucier des commentaires négatifs des autres – c’est cela la joie noire! C’est la sécurité d’être soi.

La joie noire peut également être promue continuellement en s’efforçant de montrer des Noirs pratiquant des activités amusantes dans un contexte affectueux, ou des personnages de l’histoire des Noirs comme Harriet Tubman, Mary Ann Shadd ou Josiah Henson. Il existe des livres qui peuvent être lus à haute voix ou des musiques qui reflètent de nombreuses origines et traditions culturelles. Tout au long de l’année, les EPEI peuvent s’accorder, ainsi qu’aux enfants avec lesquels ils interagissent, du temps pour la réflexion et l’apprentissage.

Ressources destinées aux EPEI pour en savoir plus sur l’histoire des Noirs

Livres :

Liens rapides :

Ressources de l’Ordre :

Télécharger la version PDF de cette ressource ici.

À droite, on lit : Le saviez-vous? sur un fond rectangulaire rouge.

Rosemary nous fait part de faits intéressants sur l’expérience des Noirs en Ontario :

    • Le système des écoles séparées de l’Ontario, créé dans les années 1850, a servi à créer des écoles catholiques distinctes et des écoles noires séparées en Ontario, en particulier dans le sud-ouest de la province.
    • Mary Ann Shadd Cary, la figure du timbre de Postes Canada qui sera émis en janvier 2024, a créé une école intégrée à Windsor en dépit des lois et attentes en la matière.
    • Dans les années 1940 et 1950, la Home Service Association était un service de garde d’enfants pour la communauté noire de Toronto. Elle répondait aux besoins des femmes noires entrées sur le marché du travail, et qui avaient donc besoin d’aide pour leurs enfants.
    • Wilson O. Brooks, probablement le premier enseignant noir de sexe masculin (officiellement formé), est considéré comme l’un des premiers directeurs d’école noir de Toronto. Il a commencé à enseigner en 1952.
    • Millie Burgess, née aux Bermudes, a été la première enseignante d’origine africaine à enseigner au sein du système scolaire de l’Ontario. En 1957, elle obtenait son premier poste d’enseignante dans une école de Toronto. En savoir plus ici (en anglais seulement)

«