TOP
Faire entendre vos voix
Connexions

Faire entendre vos voix

Dans le cadre de l’engagement de l’Ordre envers l’antiracisme, nous reconnaissons l’importance de faire entendre des voix diversifiées et de premier plan au sein de la profession. De même, nous reconnaissons les avantages de la discussion et du partage d’expériences, de perspectives et de réflexions. Cet espace est dédié aux EPEI qui s’identifient comme appartenant à la communauté des Noirs, Autochtones et personnes de couleur. Si vous souhaitez contribuer à cette conversation, veuillez nous envoyer un courriel à csrteam@ordre-epe.ca.

Mon histoire de racisme  [TRADUCTION LIBRE]

 ... C’est perdre l’innocence d’être moi, jeune, d’être juste moi
 Dans un monde qui criait haut et fort cette différence que je porte en moi
 Où la société disait que mon beau visage noir
 N’était pas assez bien pour l’endroit
 Où des éducateurs pleins de préjugés donnent aux autres l’attention qui vous revient à vous
 Car oui, même dans un milieu d’apprentissage, la lutte commence en vous 
 
 ... C’est visiter un lieu sacré et s’asseoir sur un banc, mon enfant et moi
 Avec un petit espoir que celui-ci soit différent, voyons voir ça
 Être là, simplement, pour adorer avec d’autres notre Dieu créateur
 Élevant nos voix ensemble comme des frères et des sœurs
 Et que personne ne vienne jamais nous saluer, nous sourire de bon cœur
 Car oui, même dans les lieux sacrés, latents sont les préjugés 
 
 ... C’est se voir demander si vous êtes juste de passage
 Sentir que son temps ici, dans ce lieu sacré, ne peut être que limité
 Que mon ADN en a conscience, il connaît les codes
 Que vous n’êtes pas bienvenue! Pas nécessaire! Pas ici, dans cette demeure sacrée
 C’est être salué tièdement, sans sourire ni gentillesse
 Car oui, même dans les lieux sacrés, les préjugés peuvent s’installer
  
 ... C’est la colère en écoutant notre jeune fils adolescent
 Raconter qu’en revenant de l’école avec des amis noirs et de couleur
 Se sont fait demander leurs papiers pour rien, alors qu’un crime avait été commis
 Et qu’ils ont eu l’audace de marcher là, et d’être noir juste à ce moment-ci
 Qu’ils ont osé marcher dans un lieu non sacré, mais dans un lieu, pardi!
 Car oui, la loi peut être une bête féroce pour nous, et pas du tout apprivoisée
  
 ... C’est visiter une ville de l’Ontario pour regarder un défilé, le jour de la fête du Canada
 Ne pas imaginer que nous ne sommes pas les bienvenus, et que le jugement est là
 Alors que des drapeaux sont distribués à tous, devant nous, derrière nous et même à nos côtés
 Rien pour nous! Peut-être que les Noirs ne peuvent avoir pour le Canada aucune fierté
 Et rester là en silence, trop abasourdis pour parler, reconnaissant que l’ignorance continue à prospérer
 Car oui, dans cette petite ville ici aussi, résident ceux qui refusent de reconnaître nos vies
  
 ... C’est l’histoire d’amis qui disent qu’ils ne voient pas les couleurs
 Alors que cette expression est blessante et certainement pas dite de bon cœur
 Qu’elle signifie que vous ne me voyez pas, que vous fermez les yeux sur tout ce que nous apportons
 Vos mots ne sont d’aucun réconfort et ne sont pas des chants de guérison
 Car mes talents, mes joies, mon histoire et mes différences
 Sont variés, mais vos propos nient mon vécu et toutes ces expériences
 Qui pourraient enrichir les espaces et libérer les esprits pleins de préjugés
  
 Voici donc quelques-unes des expériences faisant partie de mon histoire
 Et dans mon cheminement, je suis certaine que Dieu m’a créée à sa gloire
 Chaque aube me verra célébrer les réussites de mes proches et parents
 Même s’il s’agit de « vivre en étant noir », avec le lourd fardeau du racisme comme carcan
 Le corps endolori par des siècles de douleur, l’horreur des histoires que nous racontons souvent
 Avec, pour entourer notre être fatigué, peu de bras réconfortants 
  
 Je dirai la vérité aux puissants dans tous les lieux remplis de préjugés
 Même si je raconte mon histoire là où le silence n’est que violence en gentillesse déguisée
 Là où les opportunités sont léguées, sans qu’aucun travail effectué
 Et pour une simple raison, un privilège basé sur la couleur de peau que vous avez
 Mais sans rien recevoir, nous avons fait quelque chose, en survivant, même fatigués
 En gravissant quotidiennement des montagnes, les pieds ensanglantés, l’esprit anxieux et les yeux fatigués
  
 ... C’est le traumatisme subi encore et encore, du genou sur le cou
 Sur nos corps, dans nos âmes et sans aucun répit alors que les agressions quotidiennes restent impunies
 Ces mots utilisés comme des armes lorsque les autorités sont convoquées
 Ces lieux que nous occupons toujours surveillés, nos gestes toujours questionnés
 Alors que d’autres jouent à Dieu, aucune aube ne peut nous permettre d’exister en liberté
 Seul le soir nous apporte quelque réconfort, car dans nos demeures nous pouvons simplement être et respirer
  
 Je ne l’accepterai pas
 Ne m’y habituerai pas
 En ces places et espaces
 Où nous montrons nos visages
 Où résident des esprits pleins de préjugés
  
 Puissent mes mots trouver une oreille attentive
 Qui écoute et se soucie
 Du fait que personne n’est libre
 Dans aucun lieu où mon humanité
 Et mon visage
 N’ont de place
 Dans aucun espace
 Qui renie mon droit d’être
 Porteur de l’image de Dieu
  
 Voilà mon histoire de racisme
  
 C. Elias EPEI 

«

»