TOP
Une réunion du Conseil via Zoom
Connexions Conseil conseil gouvernance

Faits saillants de la réunion du conseil de novembre

Le conseil se réunit quatre fois par an pour superviser les activités de l’Ordre des éducatrices et des éducateurs de la petite enfance (l’Ordre) visant la réglementation de la profession dans l’intérêt du public.

Voici les faits saillants du volet public de la réunion du conseil qui s’est tenue les 4 et 5 novembre 2020.

L’essentiel

  • Antiracisme – Le conseil et les membres de l’Ordre se sont engagés à suivre une série de formations sur le racisme qui doit aider l’Ordre à voir comment intégrer ce volet important à son mandat. Le conseil a approuvé la Déclaration d’engagement envers l’antiracisme.
  • Élection des membres du conseil – Les élections auront lieu en 2021 pour les circonscriptions 3, 4 et 8, et se termineront le mercredi 14 avril 2021. Le conseil reconnaît l’importance de la diversité et encourage dès lors tout particulièrement les EPEI qui s’identifient comme des personnes noires, autochtones ou de couleur à se présenter. En savoir plus :
  • Consultation réglementaire sur la Loi sur la garde d’enfants et la petite enfance (LGEPE) – Le conseil a approuvé la réponse de l’Ordre concernant les modifications proposées aux règlements pris en application de la LGEPE.

Bon à savoir

  • Le conseil a accueilli de nouveaux membres du public : Shernett Martin et Ulana Pahuta. Vous trouverez leur biographie, ainsi que celle des nouveaux EPEI élus, sur notre site Web.
  • L’Ordre s’est vu accorder le même pouvoir juridique que la plupart des organismes de réglementation : il peut désormais ordonner des évaluations physiques ou mentales dans les rares cas où il a de bonnes raisons de penser qu’un membre souffre d’une maladie menaçant la sécurité des enfants dont il a la garde. Ce processus confidentiel vise à protéger les enfants ainsi qu’à aider nos membres à obtenir un avis médical d’expert et à établir un plan pour la reprise sécuritaire de leurs activités professionnelles.
  • Le comité de financement de la thérapie a terminé son examen des cas de mauvais traitements d’ordre sexuel d’enfants par des membres de l’Ordre. Il s’est penché sur une vingtaine de cas, enregistrés depuis la création de l’Ordre.

«