Haut
Un EPE apprend en ligne
Connexions Exercice professionnel

Une passion pour l’apprentissage continu

Nous avons repris contact avec Tracey Webster EPEI, qui travaille sur son plan d’apprentissage pendant la pandémie. Tracey, que nous avions déjà présentée dans un article sur l’apprentissage professionnel, nous parle de ses activités d’APC actuelles et de sa passion pour l’apprentissage continu.

Q : À quoi ressemble votre milieu d’exercice d’habitude?

A : Je suis consultante en apprentissage professionnel pour les Services affiliés à l’enfance et à la jeunesse (ASCY) d’Hamilton. Dans le cadre de notre initiative locale de qualité, nous offrons des services de mentorat et de consultation aux centres, si bien que trois ou quatre matins par semaine, je visite un programme. Ensuite, je passe mes après-midi au bureau où je me concentre sur l’autre partie de mon rôle à savoir, la planification et la mise en œuvre de l’apprentissage professionnel. Nous avons également un nouveau site à Haldimand-Norfolk, ou je supervise la bibliothèque de ressources d’apprentissage professionnel.

Q : En quoi votre pratique a-t-elle changé depuis les restrictions liées à la COVID-19?

A : Mon milieu d’exercice maintenant, c’est ma table de salle à manger!

Je continue de communiquer avec les programmes qui, malgré la fermeture des centres, ont du personnel en poste. Je leur apporte un soutien virtuel. J’apprends aussi en ligne, sur Zoom, et c’est vraiment un nouveau cadre de travail pour moi.

Il y a deux points positifs à cela. En tant qu’organisation, nous avons souvent évoqué le recours à la technologie pour réduire certains des obstacles à la participation à l’apprentissage professionnel. À l’ASCY, notre équipe a vraiment pris les choses en main pour répondre au besoin d’apprentissage virtuel pendant la pandémie. J’encourage les gens à consulter notre site Web pour y trouver les ressources, fiches-conseils et activités d’apprentissage professionnel que nous avons élaborées et mises à disposition pendant la pandémie de COVID-19.

Autre aspect positif de la technologie : on peut communiquer plus fréquemment avec certains de nos programmes les plus éloignés. Haldimand-Norfolk est une zone géographique si vaste que le programme le plus éloigné de mon bureau se trouve à une heure et vingt minutes de route. Tous les mois, nous rendons visite aux intervenants de chaque programme, donc nous passons beaucoup de temps à conduire. Nous organisons souvent des sessions de formation professionnelle en personne le soir, ce qui peut représenter une très longue journée pour ceux qui ont un long trajet à faire pour rentrer chez eux. La pandémie nous a poussés à utiliser cette technologie, et je pense que cela va changer notre façon de travailler lorsque nous retournerons au travail. Nous pourrons ainsi trouver d’autres moyens de communiquer avec les gens.

Q : Pourriez-vous décrire l’un de vos objectifs d’apprentissage?

A : L’un de mes objectifs est en lien avec la norme IV : Professionnalisme et leadership du Code de déontologie et normes d’exercice de l’Ordre. Le fait de rester à jour, de connaître nos documents d’orientation et mes responsabilités envers la profession s’inscrit dans ma pratique et reflète mes propres valeurs professionnelles. Mon objectif est d’aider les autres à bien comprendre le Code et normes et d’accroître leur participation au programme d’APC.

J’entends régulièrement des idées fausses sur le programme d’APC. Ces malentendus ont fait que les EPEI se sont sentis dépassés par le processus avant même qu’il ne commence. J’espère changer cet état d’esprit et aider les EPEI à reprendre confiance dans le processus. En fait, j’encourage les membres qui éprouvent des difficultés à en apprendre davantage sur le programme d’APC et d’en faire un objectif d’apprentissage en soi.

Q : À quelles activités d’apprentissage participez-vous?

A : Une de mes activités a été de créer un groupe Facebook sur l’APC. Le groupe Facebook est une communauté en ligne où les membres peuvent communiquer pour obtenir du soutien, pas seulement de ma part, mais aussi de celle des autres membres du groupe. Les membres du groupe Facebook sont là pour se soutenir les uns les autres, et ce qui les intéresse, c’est de se mobiliser professionnellement. J’ai reçu beaucoup de commentaires de la part des membres du groupe, qui apprécient vraiment cet environnement positif. Bien que les gens évoquent leurs obstacles et leurs défis, personne n’adopte une attitude négative à l’égard du programme d’APC.

Q : Vous avez récemment organisé un événement en direct sur Facebook. C’était comment?

A : J’ai organisé deux événements, en fait, et les deux se sont très bien passés. Il y avait entre 100 et 115 participants aux deux événements, et depuis que ces deux vidéos ont été publiées, elles ont été visionnées plus de 1 000 fois. Les réactions ont été très positives. Les gens étaient vraiment heureux de pouvoir obtenir des réponses fiables à leurs questions et se sont sentis soulagés de voir que le processus n’est pas aussi difficile que ça.

Je n’avais jamais participé à un événement Facebook en direct auparavant, et j’ai décidé que ce serait une séance informelle de questions-réponses. La plupart du temps, j’ai redirigé les gens vers les endroits où ils pouvaient trouver des informations, tant sur la page Facebook que sur le site Web de l’Ordre. Pour que soit pratique pour les membres, j’ai épinglé un lien direct vers le site Web en haut de la page Facebook.

Q : Quelles sont les ressources que vous avez trouvées les plus utiles?

A : Je visite souvent le site Web de l’Ordre et j’utilise les ressources qu’il contient dans ma pratique pour aider les éducatrices et les éducateurs dans leur apprentissage professionnel et leur participation à l’APC. Je demande souvent aux EPEI de lire les documents d’APC sur la pratique réflexive et l’apprentissage autonome, ou je les renvoie à la série #QuestiondeNormes.

Je trouve également le diagramme des activités d’APC très utile lorsque les membres finalisent leur Plan d’apprentissage professionnel. Il permet de se faire une meilleure idée de ce qu’est l’apprentissage professionnel. Il aide les membres à faire lien entre les activités qu’ils font peut-être déjà et leur Plan d’apprentissage, comme les discussions professionnelles lors des réunions d’équipe, le suivi d’un blogue ou la rédaction d’un journal de réflexion.

En dehors des ressources de l’Ordre, je redirige souvent les personnes vers les documents du ministère de l’Éducation de l’Ontario intitulés Comment apprend-on et Penser, sentir, agir.

Q : Comment aidez-vous les EPEI dans le cadre de leur APC?

A : En plus du soutien que j’apporte dans le cadre de mes fonctions à l’ASCY et de mon groupe Facebook, j’ai fourni une aide individuelle aux membres grâce à la messagerie Facebook, par téléphone ou sur FaceTime. Parfois, il s’agit juste de répondre à quelques questions et d’autres fois, cela peut prendre jusqu’à une heure pour parcourir les trois composantes du cycle du portfolio. J’essaie d’être attentive à mon temps pour savoir, au début de chaque appel, le temps que je peux y consacrer. Et j’invite toujours les membres à revenir vers moi s’ils ont d’autres questions.

J’ai récemment invité les membres du groupe Facebook qui ont fait preuve de leadership et veulent aider des autres à se joindre à moi pour une discussion Zoom. Je n’ai actuellement aucun autre modérateur dans mon groupe Facebook, et ces personnes se sont impliquées spontanément. J’espère que nous pourrons partager des idées, des ressources et des stratégies, et nous assurer que les informations fournies au groupe sont fiables et cohérentes.

Q : Pendant la pandémie, quel a été votre plus grand défi en matière d’APC sachant que vous deviez aussi concilier travail et vie personnelle?

A : J’ai la chance d’être à une étape de ma vie où la plus grosse interruption de ma journée de travail à la maison peut être mon chien qui aboie sur un livreur. Mais je reconnais que de nombreux EPEI jonglent avec de nombreuses priorités en cette période déjà stressante. Ne vous laissez pas submerger, prenez soin de vous et de votre famille. Lorsque vous serez en mesure de reprendre votre APC, vous serez mieux préparé(e) si vous prenez soin de vous en priorité.

J’ai encouragé les membres à revoir leur Plan d’apprentissage et à changer leurs activités pour des choses qu’ils peuvent faire en ligne, ou à envisager de les remettre à plus tard au cours du cycle, lorsque nous reprendrons le travail. Et s’ils connaissent des difficultés plus importantes, ils ont la possibilité de reporter leur APC en raison de la COVID-19. J’ai récemment publié mes réflexions sur Facebook au sujet de ce report, tout en leur conseillant d’y réfléchir attentivement et de bien comprendre leurs options. Si vous pouvez poursuivre votre APC, je vous suggère de le faire et d’ajuster votre Plan d’apprentissage en fonction de ce que vous pouvez faire pendant cette période. Vous pouvez aussi faire une pause au cours des mois à venir et recommencer quand vous le pourrez.

Q : Un dernier mot pour conclure?

A : Demandez de l’aide quand vous en avez besoin. J’ai un excellent exemple d’une personne qui a fini par publier dans le groupe Facebook quand elle a vu tant de messages d’autres personnes travaillant sur leur APC. Elle a écrit qu’elle se sentait accablée et coupable de ne pas avoir travaillé sur son APC, car elle n’arrivait pas à s’y résoudre. Une vingtaine de membres du groupe ont répondu par des messages tels que « prenez soin de vous », « gardez la tête haute », « vous n’êtes pas seule » et « nous serons là pour vous quand vous serez prête ». Elle m’a envoyé un message plus tard pour me dire que ces encouragements l’avaient réconfortée et qu’elle avait réussi à commencer son APC.

Alors, pour conclure, soyez indulgents avec vous-mêmes et avec les autres. Prenez bien soin de vous et faites seulement ce que vous pouvez faire. Si travailler sur votre APC n’est pas une priorité pour l’instant, alors vous savez où nous trouver quand vous serez prêt(e).

Vous cherchez plus d’informations sur le programme d’APC, y compris des ressources et des FAQ? Visitez notre site Web.

«

»