Haut
Un enfant triste
Connexions Exercice professionnel Featured (FR)

Sensibilisation à l’intimidation : avez-vous mis en place des stratégies favorisant un environnement inclusif et respectueux?

Cette année, la Semaine de la sensibilisation à l’intimidation et de la prévention a eu lieu entre le 17 et le 23 novembre, il s’agit d’une initiative du ministère de l’Éducation de l’Ontario. Cette semaine désignée en Ontario est un bon rappel pour les éducatrices et éducateurs de la petite enfance inscrits (EPEI), lesquels doivent reconnaître que les enfants peuvent eux aussi vivre l’exclusion dans le cadre de leurs relations avec les pairs. En tant qu’EPEI, vous êtes bien placé pour soutenir les enfants alors qu’ils établissent et entretiennent des relations dans un environnement inclusif.

Qu’est-ce que l’intimidation?          

Le ministère de l’Éducation définit l’intimidation comme étant « un comportement répété, persistant et agressif envers une ou plusieurs personnes, qui a pour but (ou dont on devrait savoir qu’il a pour effet) de causer de la peur, de la détresse ou un préjudice. » 

Les EPEI travaillent dans une variété de milieux où les enfants pourraient être victimes d’intimidation. L’intimidation peut avoir une incidence négative sur les émotions d’un enfant, sur sa santé physique et morale, ainsi que sur sa sécurité, ce qui pourrait faire obstacle au développement du sentiment d’appartenance, de l’estime de soi et de relations avec les pairs.

Regard sur le Code de déontologie et normes d’exercice 

La norme III sert de guide pour créer et maintenir des milieux propices à l’apprentissage des enfants et au développement d’un sentiment d’appartenance. En intégrant diverses stratégies soutenant la coopération et les interactions positives entre les pairs, vous aidez les enfants à acquérir une capacité d’adaptation, à développer des compétences en matière d’autorégulation et à interagir de façon positive avec les autres.

La norme IV est un rappel de votre devoir de donner l’exemple en matière de valeurs, de croyances et de comportements professionnels auprès des enfants, des familles et de vos collègues. Lorsque le principe d’inclusion est intégré au sein d’un environnement d’apprentissage par le biais d’interactions positives et respectueuses, vous cultivez un milieu marqué par le respect mutuel.

Si vous êtes témoin d’une situation d’intimidation, vous devez agir. N’attendez pas qu’une situation dangereuse ou grave se produise pour entamer la conversation au sujet de l’intimidation. Les enfants doivent se sentir soutenus.

Scénario pour stimuler la réflexion et la discussion entre collègues afin de vous aider à développer des stratégies d’intervention en cas d’intimidation

Cassandra remarque qu’un enfant est exclu d’un jeu, comment devrait-elle réagir?

Cassandra est une EPEI qui travaille avec des enfants d’âge scolaire dans le cadre d’un programme avant et après l’école. Au cours des dernières semaines, Cassandra a observé de nombreuses interactions entre les enfants face auxquelles elle ne savait pas comment réagir. Par exemple, la semaine dernière, Dexter a demandé s’il pouvait participer à un jeu, un autre enfant a ri en disant : « Tu ne sais pas comment jouer, tu es trop stupide. » Cassandra n’est pas intervenue, elle espérait plutôt que Dexter trouve un autre groupe d’amis avec qui jouer.

Quelques jours plus tard, certains enfants parlaient d’une fête d’anniversaire à laquelle ils avaient été invités. Lorsque Dexter a demandé à savoir qui célébrait son anniversaire et un enfant a répondu : « Ce n’est pas de tes affaires, on ne te parlait pas! »

Aujourd’hui, Cassandra a entendu des enfants ordonner à Dexter de s’en aller, « On ne veut pas jouer avec quelqu’un comme toi! »         

Elle a vu Dexter assis sur un sofa, il pleurait. Elle s’est dirigée vers lui. Elle s’est assise à côté de lui et lui a demandé ce qui se passait, mais il s’est levé et est parti avant même de dire quoi que ce soit. À la fin de la journée, alors qu’elle rangeait la salle, elle a remarqué de l’écriture sur le coin d’une étagère disant « On déteste Dexter ». Cassandra a alors réalisé qu’elle devait collaborer avec ses collègues pour gérer la situation.

Questions de réflexion

Cassandra ne sait pas comment intervenir auprès des enfants. Dans votre milieu d’exercice, de quelle façon faites-vous la promotion régulière du soutien de la santé physique, émotionnelle et mentale des enfants, ainsi que de leur sécurité et bien-être?

  • De quelle façon seriez-vous intervenu auprès :
    • de Dexter qui était exclu des autres?
    • des enfants qui intimidaient Dexter?
  • De quelle façon aborderiez-vous la situation? De quelle façon impliqueriez-vous :
    • les enfants dont vous êtes responsable?
    • les familles?
    • vos collègues?
  • Si vous ne saviez pas comment réagir, auprès de qui trouveriez-vous les ressources nécessaires pour vous soutenir?

La norme III stipule que les EPEI doivent « collaborer avec les enfants, les familles et leurs collègues pour créer des milieux sécuritaires, sains et accueillants favorisant un sentiment d’appartenance, de bien-être et d’inclusion. »

  • Comment faire pour s’assurer que les enfants et leurs familles développent un sentiment d’appartenance?
  • Que pouvez-vous faire pour mettre de l’avant des stratégies préventives stimulant notamment la coopération, le respect et l’amitié? 
  • De quelle façon des milieux d’apprentissage intérieurs et extérieurs favorisant les interactions positives entre les enfants seraient-ils conçus?

La norme II indique que les EPEI connaissent différentes méthodes d’évaluation et de surveillance de la qualité des milieux d’apprentissage.

  • Comment évaluez-vous la qualité physique de l’espace observé, mais également sa qualité sociale et émotionnelle?

Au sein de l’apprentissage

Ligne directrice de pratique de l’Ordre, Favoriser les interactions positives avec les enfants, il s’agit d’un principe soulignant l’importance de la mise en place d’un système de soutien lors de l’établissement de stratégies pour le milieu de votre service de garde. Communiquer avec les familles et avec vos collègues, en plus d’avoir recours à leur expertise, peut aider à faire ressortir diverses perspectives et idées pouvant être intégrées à l’environnement. Documenter les observations et communications peut vous aider à guider vos réflexions quant à votre pratique et vous fournir un contexte et des détails lorsque vous parlerez de vos préoccupations à vos collègues et superviseurs, ainsi qu’aux enfants et à leurs familles. 

En plus de maintenir une bonne communication, il est important d’effectuer ce qui suit :

  • Examiner les politiques sur l’équité et l’inclusion de votre milieu de travail;
  • Trouver des façons d’instaurer et de maintenir un environnement inclusif fondé sur le respect;
  • Agir de façon proactive; Tenir des conversations régulières avec les enfants au sujet des émotions, des sentiments, du respect et de la compassion envers les autres en guise d’approche préventive;
  • Parler ouvertement du respect et de l’inclusion avec les enfants, veillant à ce que ces discussions fassent partie des activités quotidiennes;

Les superviseurs peuvent prévoir des séances de discussion pour le personnel portant sur la prévention de l’intimidation et l’intervention, ainsi que sur l’importance de soutenir les enfants, les familles et les collègues au cours de situations difficiles.

Rappel : Les éducateurs et éducatrices ne travaillent pas seuls, parlez de l’intimidation avec vos collègues ou une communauté de pratique régulièrement.

Vous recherchez des renseignements supplémentaires sur l’intimidation? Consultez ces ressources du gouvernement de l’Ontario :

«

»